Archives du blog

OMS : L’excision sounnah n’a « pas d’effets néfastes »

Il existe de par le monde trois ou quatre formes de « circoncisions féminines » ou excisions:
a) le fait d’enlever le demi-prépuce (c’est à dire le capuchon qui recouvre la partie antérieure du gland clitoridien) ;
b) la clitoridectomie, qui consiste à enlever le clitoris lui-même ;
c) la circoncision pharaonique où sont enlevés : le demi-prépuce, le clitoris, les petites lèvres et les grandes lèvres ;
d) l’infibulation, qui consiste à placer un anneau (fibule) entre les grandes lèvres ou à coudre ces grandes lèvres.

Concernant le premier type (les mutilations étant condamnées par l’islam), un rapport de l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) intitulé « Pratique traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants » rapporte ce qui suit:

Type 1 : circoncision symbolique : L’excision circonférentielle du prépuce clitoridien, similaire à la circoncision [des enfants de sexe masculin]. Cela est connu dans les pays musulmans comme la circoncision sunnah. Cela est aussi parfois pratiqué aux États-Unis pour contrer les difficultés à atteindre l’orgasme chez les femmes ayant un dédoublement ou phimosis du prépuce féminin (Rathmann, Wollman).
Comme il n’a pas été rapporté de quelconque conséquences néfastes sur la santé, ce rapport ne se préoccupe en rien de cette forme de circoncision féminine.
247870excision
Source : Rapport de l’OMS de 1979 « Traditional practices affecting the health of women and children », p. 54: http://whqlibdoc.who.int/emro/tp/EMRO_TP_2.pdf
Récemment, deux chercheuses étasuniennes ont préconisé cette excision minimaliste et ont réfuté le terme de « mutilation », décriant au passage les envolées discriminatoires et suprémacistes des opposants purs et durs (dont un bon nombre de français au vu des réactions suscitées).

Briser la dépendance au smartphone pendant Ramadan

Ramadan est un mois dans lequel on éduque notre être à se conformer et à se soumettre aux ordres d’Allah. On s’abstient de ce qui est en temps normal halâl (autorisé) pour Son Plaisir, renforçant ainsi notre aptitude à nous tenir à l’écart de ce qui est makrouh et harâm (déconseillé ou interdit).

Avec l’arrivée du Ramadan on ressent un changement en nous, une révolution, une inclinaison quasi-automatique pour augmenter les bonnes actions et s’abstenir des vices. Beaucoup de personnes choisissent d’ailleurs Ramadan pour leurs bonnes résolutions et se libérer des mauvaises habitudes et autres addictions de leurs vies.

Une des addictions de l’ère moderne est celle aux smartphones. Cet objet est devenu pour beaucoup comme un compagnon de vie et un partenaire inséparable.

Beaucoup d’époux(-ses) aimeraient avoir la place du smartphone tellement est constante l’attention portée à cet objet. Ce n’est ainsi pas étonnant de constater que pour beaucoup, le smartphone est la dernière des choses contemplée au coucher, la première au réveil, sans oublier au dîner, au travail et même aux toilettes.

Et bien que ces agissements soient problématiques, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. C’est aussi le contenu accédé à travers ces téléphones où réside le problème. Passerelle vers l’information qu’elle soit bonne ou mauvaise, c’est malheureusement les mauvaises données qui sont le plus souvent consultées. L’exhibition de nos vies personnelles sur les réseaux sociaux, le chat et la drague avec le sexe opposé et la visualisation de contenu sexuellement explicites font tous partis du quotidien. La situation est si grave que même les mosquées ne sont plus épargnées.

On doit faire tout notre possible pour mettre un arrêt à ces comportements pour notre propre salut et celui de nos familles. Utilisons le Ramadan comme catalyseur pour briser l’emprise qu’ont les smartphones sur nos vies. Supprimons les obscénités des téléphones. Désinstallons les jeux et applications qui ne sont pas essentielles et laissons nos téléphones à la maison quand on se rend à la mosquée.

Ramadan est le mois où on est censé s’améliorer. Coupez-vous de vos smartphones et vous accomplirez plus à la maison, au travail mais surtout, dans votre relation avec Allah.

(Traduction d’un communiqué de l’association des ‘Ulama d’Afrique du Sud)

Organismes musulmans agrées par l’État Français pour la réduction d’impôts

http://www.aucoeurdelaprecarite.com/index.php/faire-un-donfrance-impots-deduction-don-association

Nous autres musulmans sommes une communauté tournée vers le don. Que ce soit par la zakât ou la sadaqah, les musulmans donnent une bonne part de leurs argents en aumône et il ne serait pas surprenant de découvrir que nous sommes la première communauté à faire des dons, comme en Grande-Bretagne.

Des versements sous forme de dons ou de cotisations à certains organismes d’intérêt général peuvent donner lieu à une réduction d’impôt sur le revenu si cet organisme œuvre pour le bien de la société.

La réduction d’impôts pour les particuliers est encadrée par
l’article 200 (et 200-bis) du code général des impôts. Ses principales
conditions sont les suivantes :

  • la réduction d’impôt est de 66 % (75% jusqu’à 529 € pour les dons
    aux associations qui viennent en aide aux personnes en difficulté en
    France ou à l’international) ;
  • le don ne doit pas excéder 20 % du revenu imposable ;
  • l’excédent est reporté sur les cinq années suivantes et donne droit
    à une réduction d’impôt dans les mêmes conditions.

Ci-dessous les les organismes musulmans qui se déclarent être agrées par l’état et
qui semblent bénéficier la communauté en raison de leurs activités.
Avant de donner à vous de vérifier le projet, le dynamisme et le
sérieux de l’association
Certains acceptent l’argent des intérêts bancaires, d’autres non.

NB : d’autres associations non agrées par l’état font néanmoins un travail formidable de terrain, ne les oubliez surtout pas. Tout n’est pas question de €€€.

Éducation

Humanitaire

Religieux

Société

Liste d’associations obtenues via l’excellent site Deen de Confiance. Si vous en connaissez d’autres, laissez leurs noms et coordonées ci-dessous dans les commentaires.

 

Les enfants ont une « croyance naturelle en Dieu »

Dr Olivera Petrovich, psychologue à l’université d’Oxford, déclara à la conférence sur la psychologie des religions, tenue à l’université de Western Sydney, que même les enfants préscolaires se construisent des concepts théologiques dans leurs compréhensions du monde physique.
Les psychologistes ont débattu quant à savoir si la croyance en Dieu ou l’athéisme étaient l’état naturel de l’homme. Selon le Dr Petrovich, experte en psychologie des religions, la croyance en Dieu n’est pas apprise mais se développe naturellement.

Elle confia hier au journal The Age que la croyance en Dieu naît du résultat d’autres développements psychologiques connectés au principe de cause à effet.

Dr Petrovich ajoute que ses conclusions sont basées sur plusieurs études, particulièrement sur une portant sur les enfants japonais agés de quatre à six ans, et une autre de 400 enfants britanniques agés de cinq à sept ans et de différentes croyances.

« L’athéisme est résolument une position acquise » dit-elle.

Source : http://www.theage.com.au/national/infants-have-natural-belief-in-god-20080725-3l3b.html#ixzz2O0dM7RbP

Un bien sale appétit

« ‘Amr ibn Al-‘Âs [RadiyAllahu ‘anhu] marchait avec un groupe d’amis, quand il passa auprès d’une carcasse de mule [à l’aspect] boursouflé et en décomposition. Il dit: “Par Allah ! De manger à votre faim de cette carcasse est meilleur que de manger la chair d’un Musulman [en le médisant]” »

Al-Adab Al-Mufrad

Quand venir à la mosquée c’était swag

« En vérité, je nous ai observé à une époque où personne ne restait derrière lors de la Prière (à la mosquée) excepté l’hypocrite dont l’hypocrisie était connue, ou la personne malade ; et d’ailleurs le malade marchait [avec l’appui de] deux hommes jusqu’à la prière »

Sayyiduna ‘Abdullâh ibn Mas’ûd RadiyAllahu ‘anhu, Sahîh Mouslim.

Les escrocs du marriage

par Zainab bint Younus

Les communautés musulmanes à travers le monde sont confrontées à plusieurs défis, venant aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur. Certains problèmes comme la pauvreté ou la toxicomanie concernent toutes les races et religions. Cependant, la communauté musulmane a des problèmes qui lui sont uniques aussi un phénomène particulier a vu le jour, à savoir l’« escroquerie au mariage ».

Cette traîtrise survient quand des musulmans qui se prétendent instruits et pieux, s’en prennent à des femmes vulnérables et les persuadent au mariage, dans le seul but de les utiliser et de les malmener, pour malheureusement les abandonner par la suite. Certains de ces individus ont marié et divorcé des femmes un nombre incalculable de fois, les faisant circuler parmi leurs amis, traitant la femme comme un produit jetable.

Il s’agit d’une pratique infâme qui maltraite et démolit les musulmanes, qui détruit de nombreux foyers, qui marque profondément tout une génération d’enfants et qui détourne de l’Islam des musulman(e)s autrefois si sérieux.

L’idéologie de ces conduites n’a aucune base religieuse et encore moins de justification quoiqu’on en dise, de même pour la déformation et utilisation du Dîne pour excuser l’exploitation de femmes naïves et candides.

L’« escroquerie au marriage » n’est pas une mince affaire, elle implique des violences psychologiques, émotionnelles et physiques ; de la manipulation, une tromperie évidente, de l’imposture et le pire de tout, un manque total de dignité et responsabilité devant Allah, autrement dit un manque de taqwa.

Cibles et tactiques

En ces temps où le mariage est un sujet brûlant parmi les générations de musulmans, où le jeune croyant trouve difficile de de trouver des époux(ses) convenables, la femme demeure fatalement le maillon le plus vulnérable. Pressées par la famille ou bien par la communauté, ou simplement muées par le désir de satisfaire la sounnah du marriage, beaucoup de femmes oublient de prendre les précautions nécessaires lors du choix d’un mari.

Fort de son expérience avec les « escrocs du marriage » et leurs victimes, Chaykh Younus a remarqué que certaines femmes risquaient tout particulièrement d’être ciblées par ces prédateurs : il s’agit des converties/reconverties à l’Islam ainsi que les nouvelles pratiquantes, et tout particulièrement celles ayant des familles non-musulmanes ou non-pratiquantes.

Certaines femmes se sont tournées vers l’Islam après plusieurs expériences au cours de leurs vies, y compris des relations maritales avec enfants issues de ces relations. Dans leurs efforts de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants, et souvent ayant une vue d’ensemble plutôt naïve de ce que les mariages musulmans sont, elles s’empressent d’accepter les demandes de mariage sans approfondir les antécédents de ces prétendants. Certaines de ces femmes ont parfois d’autres soucis qui font qu’elles se sentent « moins dignes » à faire leurs « difficiles » pour accepter leurs époux, des soucis comme des problèmes mentaux, l’instabilité financière, ou même des questions d’images de soi. 

Malheureusement, les prédateurs savent exactement ce qu’ils doivent chercher, ils savent ce qu’il faut dire et ce qu’il faut faire pour persuader ces femmes d’accepter le mariage. Dans certains cas, ils trouvent leurs victimes sur internet, sur les forums « islamiques » et sur les réseaux sociaux facebook/twitter, ces messieurs atteindront les femmes qui à la base recherchent la science islamique et une relation affective basée sur le Dîne.

Les prédateurs insistent fortement sur le mariage et la polygamie (polygamie), et rappèleront ces sœurs que leurs « places » est à la maison en tant que femme et mère.

D’autres assaillants essaient une méthode qui a fait ses preuves dans leurs communautés. Ils utilisent la femme d’un ami qui est à l’affût et qui devient amie avec de nouvelles sœurs qui ont joint la communauté, en créant une relation amicale et les encourageant progressivement de marier « un frère pieux que mon mari connaît ».

Une tactique très fréquente de ces prédateurs est la manipulation émotionnelle et religieuse : mettre la pression à ces femmes de se marier rapidement pour « accomplir la sounnah » et de « protéger leurs désirs ». Pour des femmes qui aspirent à avoir une stabilité et un compagnon pour la vie, la combinaison du chantage émotionnel (une femme qui ne se marie pas rapidement n’est pas une bonne musulmane) et des flatteries (« tu es si pieuse, on doit se marier pour que je puisse me protéger!) peut s’avérer très persuasif !

Quand elles sont approchées par ces hommes qui promettent de donner un « foyer islamique heureux », que leurs beautés résident dans le Dîne plutôt que dans les apparences, qui les convainquent que la polygynie est une sounnah qu’elles doivent appliquer, beaucoup de musulmanes se laissent convaincre qu’il s’agit d’un mariage parfait et elles acceptent la demande en mariage.

Signaux d’alerte

Presque tous ces escrocs du mariages ont des comportements qui devraient alerter toute musulmane qui aspire à se marier.

D’abord, il est dit à la femme que son Walî est soit inadéquat (car pas assez pratiquant, n’acceptant pas le prétendant, ou juste « rendant le mariage sunnah difficile pour aucune raison ») ou soit invalide (en particulier pour les musulmanes avec parents et familles musulmanes). L’homme convaincra par la suite qu’ils ont une meilleur personne qui agira comme le wali, très souvent un de ses amis proche.

On dit aussi à beaucoup de ces femmes que de demander un mahr de quelque montant qui soit est erroné, ou contre la sounnah. Le hadith qui dit que le mariage le plus béni est celui qui a le mahr le plus accommodant est répété à foison et est utilisé pour culpabiliser ces femmes qui pourraient demander une quelconque somme d’argent.

Le droit pour la femme d’avoir un walî qui pense à son meilleur intérêt pour elle, et à une mahr appropriée sont des droits inaliénables que la Chari’ah lui a donné. Aucune femme ne devrait être forcée à renoncer ces droits qu’Allah Lui-même lui a conféré !

La tromperie continue

Malheureusement, les abus ne font que continuer et s’accentuer quand la femme accepte le mariage. Dans beaucoup de cas, elle comprend qu’on lui a menti sur toute la ligne, qu’elle n’est ni la première femme ni la seule femme, mais que l’homme en a juste marié une de plus. Dans d’autres cas, on lui dira qu’en tant que seconde (ou troisième ou quatrième) femme, elle doit subvenir à ses propres besoin ou venir vivre dans le foyer avec les co-épouses et de tout « partager » !

D’autres femmes se retrouvent non seulement à s’occuper d’elles-mêmes et des enfants qu’elles avaient déjà, mais aussi de ces prédateurs. Certains prédateurs dissimulent leurs passés délictuels ou l’absence d’éducation/de diplômes jusqu’à ce que le nikah ait été fait, puis informent leurs femmes qu’ils ne peuvent travailler et subvenir aux besoins. Ils rétorquent que parce qu’ils « recherchent la science » (souvent sur internet…), c’est à la femme de les aider, souvent financièrement. Si la femme se plaint ou conteste, elle est accusée d’être une femme désobéissante et de causer des problèmes. Les recommandations initiales de rester à la maison sont alors vite oubliées !

Il n’y a pas que le volet financier où ces femmes sont victimes dans ces mariages. Les sévices mentaux et chantages psychologiques sont courants, en plus des violences physiques et sexuelles. Les victimes sont souvent incapables de partager leurs vécues ou de recevoir l’assistance nécessaire pour se remettre de ces épisodes traumatisants. À la place, à cause de la stigmatisation et des tabous liés à ces problèmes, les femmes qui délaissent ces mariages abusifs ou qui en parlent publiquement sont ostracisées dans leurs communautés.

En plus de se retrouver utilisées et abusées, ces femmes sont aussi abandonnées. Dans certains cas, les femmes sont divorcées pour la seule raison que leurs oppresseurs en ont assez d’elles ou parce qu’ils sont intéressés par une autre proie. D’autres se retrouvent enceintes et sont divorcées, sans pension alimentaire et sans reconnaissance de l’enfant par le père.

Perte de foi

Comme pour chaque abus, il y a des marques profondes chez les victimes, les femmes mais aussi leurs enfants. Une des conséquences les plus terribles chez ces victimes est qu’à travers tous ces cercles vicieux, la femme ou l’enfant associeront l’Islam aux abus qu’ils ont connu. Ce qui a pour résultat qu’elles perdent de la ferveur à pratiquer l’Islam, ou même apostasient en gardant une image entièrement négative de l’islam.

Moins drastique mais tout aussi douloureux, ces femmes se sentent utilisées et rejetées, par le fait que leurs droits islamiques ont été violés et qu’elles n’ont aucun recours. Certaines deviennent complètement épouvantées à l’idée d’un remariage et voient tous les hommes musulmans comme des prédateurs et des oppresseurs.

Comment éviter le piège

Avoir un walî est le droit d’une musulmane, c’est un gardien qui retient le meilleur intérêt pour elle. Ainsi faites en sorte que votre walî soit quelqu’un qui se soucie réellement de vous et que vous pouviez placer votre confiance en lui.

Posez des questions ! Ne tombez pas dans le mariage aveuglément. Soyez conscientes du type de la personne que vous considérez. Enquêtez, demandez au wali de questionner les personnes, et ne faites confiance à personne par naïveté.

N’abandonnez pas la mahr (dote). Encore une fois, c’est le droit de la musulmane que personne ne peut lui enlever. Soyez raisonnable, mais ne soyez pas intimidée à ne demander qu’une mahr symbolique, à moins que vous en soyez absolument sûre.

Rester patient n’équivaut pas à de la souffrance gratuite. Restez vigilante à bien faire la distinction entre la difficulté de couple et l’oppression par quelqu’un qui refuse vos droits islamiques. Si votre mari vous abuse mentalement, émotionnellement ou physiquement, ne le tolérez pas. Cherchez l’aide de l’imam ou de sœurs qui trouveront le moyen adéquat pour vous aider.

Il est plus que temps pour la communauté musulmane de reconnaître que des prédateurs se cachent parmi nous et que l’on doit défendre l’intérêt de nos sœurs. Le Prophète ﷺ a dit « Aidez votre frère qu’il soit l’oppresseur ou l’oppressé », et il ﷺ  d’expliquer qu’aider l’oppresseur s’effectue en arrêtant son oppression.

Qu’Allah nous permette d’observer la Justice et nous donne le courage de combattre le mal où qu’il se trouve.

 

Traduit de Exposing the Marriage Bandits, par Zainab bint Younus, http://thesalafifeminist.blogspot.fr/2012/10/marriage-bandits.html, consulté le 02/07/2014

Conseils aux femmes mariées

mon adorable belle-mere

par le chaykh ‘Abdoul Hamîd Is’hâq

1. Accepte tes beaux-parents comme tes propres parents. Sois leur reconnaissante pour cet homme merveilleux qui est devenu ton partenaire pour la vie.

2. Ne les compare pas à tes parents juste pour montrer à ton époux à quel point ses parents laissent à désirer.

3. Si tu reçois un cadeau de la part de ta belle-famille, sois-en reconnaissante et ne fais pas de remarques désobligeantes.

4. Fais souvent leurs éloges en présence de ton mari, ta famille et tes amis si bien que, même si tu n’as pas encore développé d’affection pour eux, cela viendra avec le temps.

5. Comprend bien qu’ils sont aussi humains, ils ont aussi leurs fautes. Tu ne renierais jamais tes parents pour leurs défauts, alors comment ne pas essayer d’en faire autant avec ceux de ton époux ? Couvre leurs fautes, Allah le Très-Haut couvrira tes fautes dans l’au-delà.

6. Modère tes espérances. Autant le mariage est un exercice de réadaptation pour toi, de même ça l’est pour eux. Leurs fils ne leurs appartient plus exclusivement. Tu devras maintenant apprendre à partager.

7. Traite-les avec respects. Un propos malveillant peut créer une mésentente permanente.

8. Quand tes enfants leurs montre de l’affection, sois-en reconnaissante au lieu d’en être jalouse. Voudrais-tu priver tes propres enfants de l’amour de leurs grand-parents, en les cantonnant au seul amour de tes parents à toi, et ce par jalousie ? Comment te sentirais-tu si ta belle-sœur (femme de ton frère) faisait de même avec tes parents à toi ?

9. Fais tout ce que tu peux pour qu’ils se sentent à l’aise quand ils viennent vous visiter. Quand vous leurs rendez visite, assiste les du mieux que tu peux. Ils devraient être réjouis de votre visite.

10. Considère chaque directive de ta belle-mère comme une venant de ta propre mère. Accorde lui ce plaisir même si elle te malmène. Parle lui avec respect et pas comme si tu lui parlais d’égale à égale. Ne dis rien si elle te réprimande. Ne lui parle jamais sèchement.

11. Ne les critique jamais en présence de tes enfants. S’ils ont dépasser les limites, parles-en en privé avec ton mari.

12. Ne ramène jamais ton mari dans une altercation entre ta belle-mère et toi-même, car cela le place dans une situation délicate. Si tu as un problème à régler avec ta belle-mère, fais-le de manière respectable. En ayant des discussions d’adultes raisonnés, une résolution amicale peut être trouvée.

13. Sois dans la position de celui qui donne plutôt que de celui qui reçoit. Aie toujours à l’esprit que l’attitude qui consiste à toujours exiger que tes droits soient satisfaits, est une folie sans nom.

14. Si tes beaux-parents n’ont pas d’autres endroits où résider, offre leur de rester chez vous. C’est d’autant plus le cas quand le beau-père décède. En étant au service de ta belle-mère, tu atteindras des degrés élevés dans l’au-delà. Ne sois pas égoïste en demandant au mari de choisir entre toi et sa mère. Rappelle-toi, un jour toi aussi tu atteindras un âge avancé et tu auras alors besoin d’aide.

15. Si ta belle-famille t’oppresse, tourne toi d’abord vers Allah le Très-Haut et fais dou’a. Parle à ton époux d’une manière courtoise et informe lui de ta détresse. Apprend à pardonner et à délaisser.

16. Encourage toujours ton mari à avoir de bonnes relations avec les membres de sa famille, et particulièrement ses parents et ses frères et sœurs. Beaucoup de frères et sœurs s’éloignent après le mariage à cause des histoires racontées par les femmes à leurs mari. Sois respectueuse à tous tes séniors, tels que les femmes du/des grands frères de ton mari. Si elle te sont plus jeunes, sois gentille et affectueuse et assiste-les du mieux que tu peux dans leurs tâches.

17. La récompense vient d’Allah le Très-Haut. Donne, donne encore et n’espère rien en retour. Rappelle-toi que la meilleur des Récompenses vient toujours d’Allah Ta’ala. Allah Ta’ala dit Y a-t-il d’autre récompense pour le bien, que le bien ? (surah al rahman)

Traduit de Advices to daughters in laws, par Moulana ‘Abdoul Hamîd Ishaq, Azaadville, Afrique du Sud.

Quelques conseils aux belle-mères

1. Garde à l’esprit que ta belle-fille reste un être humain avec ses aspirations et ses sentiments. Elle a fait de grands sacrifices pour venir et se dévouer à ton fils pour le restant de sa vie. Traite la comme ta propre fille. Rappelle-toi quand tu étais toi-même la belle-fille : comme tu désirais être traitée, traite-la donc ainsi. Efface la jalousie qui survient généralement dans les cœurs et qui inspire la mauvaise pensée qui te faire dire que « cette nouvelle personne a surgit dans ma demeure et s’est imposée à mon fils que j’ai élevé si durement ».

2. Donne-lui des cadeaux ; cela créera l’amour entre vous.

3. N’exige pas d’avoir le contrôle sur l’argent de ton fils, car il lui appartient d’en faire usage de façon appropriée.

4. Ne compare jamais une belle-fille avec une autre, ou avec tes filles. Chaque personne est différente et a des aptitudes différentes. Trouve le bien chez tout le monde.

5. Ferme les yeux sur ses fautes et ses erreurs. Ta belle-fille est encore novice. Il est probable que tu aies fait les mêmes erreurs quand tu étais plus jeune.

6. Si elle vit avec vous, ne t’attend pas à ce qu’elle fasse tout dans la maison. Par ailleurs, s’il n’y a qu’une seule cuisine, alors certains oulémas préconisent à la belle-mère de céder cette pièce complètement à la belle-fille, si elle en accepte volontiers la responsabilité. Si cela n’est pas possible, allez-y chacun votre tour, puisqu’en général les problèmes commencent dans la cuisine. Les façons de faire et les méthodes de chacun sont différentes.

7. Réfléchis bien avant de parler. Ce que tu dis à ta fille, tu ne peux pas le dire à ta belle-fille, puisque ta fille a un amour naturel pour toi alors que l’amour de ta belle-fille devra être cultivé progressivement. Même si elle s’égare, fais attention à la façon avec laquelle tu la corriges. Parfois, même un unique mot, innocent en apparence, suffit à causer des problèmes. La situation demande de la délicatesse.

8. Ne parle jamais de ta belle-fille avec une autre ou avec tes sœurs, filles ou meilleurs amies. Si tu ne peux garder de secret [concernant ta belle-fille], comment penses-tu que les autres feront ? En parler aux autres ne fera qu’attirer les problèmes. Si problème il y a, parles-en directement à la première concernée.

9. Apprend de tes erreurs. Si un jour tu as dit quoique ce soit de polémique, assure-toi que cela ne se reproduise plus.

10. Sache rester simple, personne n’est parfait. Ne sois pas si difficile pour des sujets qui ne sont pas d’une importance vitale.

11. Sois généreuse en faisant l’éloge de sa cuisine même si cela ne correspond pas à ce que tu aurais fait.

12. Ne mêle jamais ta belle-fille à un conflit entre toi et ton fils. Si tu es contrariée par ton fils pour quelque raison ce que soit, il n’y a pas lieu de passer ta colère sur ta belle-fille. Parles-en directement à ton fils.

Traduit de Advices to Mothers-in-Law, par Moulana ‘Abdoul Hamîd Is’hâq, Azaadville, Afrique du Sud.

Le `Ilm et le Hilm

« Sache que c’est avec ‘Ilm (“Connaisance”) que tu dois parler, et c’est avec Hilm (“Tempérance”) que tu dois rester silencieux »

Sayyidouna ‘Oumar (RadhiyAllahou ‘anhou)